BHARATA-NÂTYAM

spectacle 2_modifié.jpg

Danses classiques de l’Inde du Sud

Danses classiques de l’Inde du Sud présentées Mme Jeyakumari Guneratnam et ses élèves, de l’école Jeyakalakshetra de Strassen, à Luxembourg.

 

Le professeur :

Jeyakumari Guneratnam est une danseuse et professeur de Bharata-Nâtyam. Elle est une mémoire vivante de la danse classique traditionnelle du sud de l’Inde. Bharata-Nâtyam est un mot sanskrit, où Bhavam signifie expression, Ragam la musique, Talam le rythme et Nâtyam le théâtre musical classique.

Jeyakumari danse depuis l’âge de quatre ans. Plus tard, elle part se ­perfectionner pendant 7 ans avec Rukmini Devi Arundale à la fondation de Kalakshetra à Chennai, en Inde ; l’école y fut fondée en 1936 par Rukmini Devi, qui a réhabilité cette danse.

 

Les danseuses de ce soir :

Esmeralda, Mythili, Mugdha, Pratibha, Sanjhanaa, Sandra, Sharon, Soumiya, Trysken.

 

Programme :

1 - 1er Pushpanjali

(Danseuses : Esmeralda, Mythili, Mugdha, Pratibha, Sandra, Sharon)

Signifiant offrande de fleurs, il s’agit d’un chant d’ouverture, une prière traditionnelle adressée aux dieux. Elle comprend une partie danse narrative, de la danse pure ou les 2 combinées.

Au début de la danse, en tournant autour de la scène, les danseuses invoquent les directions et saluent le public. Après ce rituel et avant la danse proprement dite, les danseuses saluent la terre mère Bhumi Namaskar, car elles dansent sur sa tête, son corps.

Ce pushpanjali est une offrande à 5 dieux :

  • Ganapati

  • Muruga et ses 2 épouses, Valli et Devasena

  • Shiva Nataraja

  • Thanigesaran frère de Parvati

  • Parvati, Shiva Shakti

 

2-2eme Pushpanjali 

(Danseuse : Esmeralda)

Offrande à Ganapati

Suivi de - Alarippu

(Danseuses : Esmeralda, Mythili, Mugdha, Pratibha, Sanjhanaa, Sandra, Sharon, Soumiya)

Comme les pétales d’une fleur, chaque partie du corps se met en mouvement l’une après l’autre et s’ouvre ainsi pour s’offrir à sa divinité d’élection, le dieu Shiva.

Cette danse, signifiant éclosion, est constituée de danse pure, sans texte ni narration mimée. Elle est structurée uniquement par les jati, combinaisons de syllabes rythmiques. Les pas s’enchainent de plus en plus rapidement, utilisant 3 vitesses successives.

L’Alarippu est un ensemble de gestes rituels, consacrant la scène en ses 4 points cardinaux gardés par des divinités particulières. Cette danse s’adresse aux 3 mondes : celui des dieux, celui des hommes les spectateurs, et celui des maîtres, intermédiaires entre les dieux et les hommes, gardiens de la connaissance.

 

3 – 1er Jatisvaram selon le mode mélodique Raga Kanada

(Danseuses : Sanjhanaa, Soumiya)

Plus complexe que l’Alarippu, le Jatisvaram est aussi constitué uniquement de danse pure. Il est structuré par les jati et par des svara, notes carnatiques chantées SA RI GA MA PA DA NI SA (comme nos notes : do ré mi fa sol la si do).

 

4 – 2eme Jatisvaram selon le mode mélodique Raga Vasantha.

(Danseuses : Esmeralda, Mythili, Mughda, Prathiba, Sandra, Sharon)

 

5 – Shabdam

(Danseuses : Mythili, Sandra, Sanjhanaa, Soumiya)

La danse présentée ce soir parle du jeune Krishna, jouant de la flûte pour séduire de jolies bergères, les gopi.

Elle est divisée en 4 parties ; elles-mêmes construites de 4 scènes.

Les danseuses prendront plusieurs postures désignant Krishna : jouant de la flûte, en gardien de troupeau, portant une plume dans les cheveux, avec des lèvres d’une belle couleur corail.

1 – 1 : Présentation : à Gokulam, le village de fermiers s’occupant des troupeaux, personne ne sait, ni la mère, ni le père, que les jeunes bergères, sont séduites par ce chenapan de Krishna.

1 – 2 : Krishna renverse le beurre fraichement baraté par les gopi

1 – 3 : Il subtilise les habits des jeunes filles parties se baigner à la rivière.

1 – 4 : Les jeunes filles perdent leurs jarres dans la rivière tant elles sont envoutées par le joueur de flûte.

2 : Les danseuses décrivent Krishna et ses beaux cheveux bouclés, sa beauté si éclatante que même les cerfs en oublient de manger.

3 : Les danseuses racontent comment Krishna joue de la flûte avec ses jolis petits doigts.

4 : Les danseuses présentent Krishna, le tout amour, et ses objets symboliques : le serpent, la flûte, la conque, la lune.

Les gopi se font belles pour un rituel d’offrande à Krishna

 

6- Varnam

(Danseuse Naina Jose)

Nous avons maintenant atteint le principal sujet de danse, qui est une partie importante  du Bharata Natyam connue sous le nom de Varnam.

Cela raconte l’histoire d’une dévote profondément amoureuse de Lord Brihadeeshwara (Lord Shiva) : Elle exprime son amour et supplie de l’accepter. Elle essaie de décrire son désir car elle a perdu tout intérêt pour les plaisirs du monde .

 

7–Kirtanam

(Danseuse : Trysken)

Danse du dieu Shiva Nataraja

Cette danse raconte comment le dieu a été formé au temple Tilay, avec tous ses symboles, la jambe gauche levée, ses bijoux, clochettes, le serpent …

Danse de fin.

 

« Là où va la main va le regard

Là où va le regard il y a le cœur

Là où est le cœur il y a l'expression

Là où est l'expression surgit l'émotion »

 

Traité de danse du Nâtya-Shâstra.

Yoga Ayurvéda Festival

16 Rue Bois Paris à 1380 Lasne, Belgique

info@yogaayurvedafestival.be

 ou  info@atlantideasbl.org

+32 2 633 12 66